Vous avez décidé de faire construire en signant un Contrat de Construction de Maison Individuelle

Faire construire en signant un contrat de construction de maison individuelle (CCMI) est la façon la plus adaptée pour vous permettre de mener sereinement votre projet immobilier.

N’hésitez pas à consulter notre article qui détaille les avantages du CCMI. Cependant, avant de commencer la construction, il vous faudra au préalable choisir votre terrain, définir les caractéristiques de votre maison avec votre constructeur, déposer votre permis de construire et étudier le financement de votre projet.

1. Choisir et acheter son terrain :

Vous avez déjà défini la région dans laquelle vous souhaitez faire construire. Les annonces dans les sites immobiliers spécialisés et les agences immobilières doivent vous permettre de trouver le terrain recherché. Étudiez l’emplacement, l’environnement, la proximité des commerces, des écoles, des voies d’accès et des transports : autant de points importants au quotidien qui valorisent votre terrain.

N’hésitez pas à demander aussi à votre constructeur, il pourra peut-être vous indiquer un agent immobilier ou un lotisseur susceptible d’avoir des terrains à l’endroit que vous souhaitez.

Pour le terrain deux choix sont possibles :

  • Opter pour un terrain en lotissement, vous êtes sûr que le terrain sera constructible et viabilisé.
  • Préférer un terrain isolé. Il faudra alors consulter le PLU (Plan local d’urbanisme) à la mairie et demandez un certificat d’urbanisme qui vous indiquera s’il est constructible et sous quelles conditions. Consultez aussi les plans au cadastre pour vérifier la situation exacte du terrain et son environnement. S’il y a lieu, votre constructeur peut faire intervenir un géomètre-expert.

Le prix du terrain dépend de l’offre et de la demande, de sa localisation, du nombre de mètres carrés constructibles et de la qualité géologique du sous-sol, si elle est connue. En cas d’hésitation sur la qualité du terrain, il est nécessaire de faire réaliser une étude de sol. Le prix comprend la valeur du terrain et les frais d’acquisition (droits d’enregistrement et frais de notaire).

L’acquisition du terrain se fera en 2 temps : tout d’abord vous signerez un compromis de vente, soit par acte sous seing privé ou devant un notaire. Le compromis peut comporter des conditions suspensives importantes comme par exemple les obtentions des prêts demandés, du permis de construire ou du certificat d’urbanisme (constructibilité).  Si les conditions stipulées ne sont pas remplies, le compromis sera caduc et les sommes versées seront remboursées. Ensuite, vous signerez l’acte de vente et vous deviendrez propriétaire du terrain.

2. Choisir votre maison

Votre constructeur est là pour vous guider et vous proposer les modèles de maisons qui répondront le mieux à vos attentes. Il vous proposera une implantation adaptée à votre terrain, respectant les règles d’urbanisme et d’environnement et tenant compte de l’exposition, de l’ensoleillement et de l’entourage de votre maison tels que les jardins, les clôtures, les accès, les arbres…

Vous étudierez avec lui quel est le plan le mieux adapté à votre mode de vie et celui de votre famille et vous définirez ensemble les volumes des espaces à vivre ainsi que les matériaux et les couleurs que vous souhaitez. Vous achetez une maison neuve, elle disposera des équipements les plus récents et les plus performants en terme d’économies d’énergie, d’isolation et d’acoustique.

3. Obtenir votre permis de construire

Le permis est obligatoire pour construire une maison individuelle neuve. Vous devez constituer un dossier qui permet à l’administration de vérifier que votre projet respecte les règles d’urbanisme en vigueur dans la commune où il se situe.  Il faudra fournir 4 exemplaires à votre mairie et l’instruction du dossier prend en moyenne 2 à 3 mois à partir de la date du dépôt du dossier. Prenez donc la précaution de déposer suffisamment tôt votre dossier par rapport au délai que vous vous êtes fixé pour terminer votre projet. Une fois obtenu, la durée de validité du permis de construire est de 3 ans.

4. Pensez à votre financement

Le financement est un point essentiel de votre projet. Combien pouvez-vous emprunter ? Quelle sera la mensualité de votre crédit ? Retenez qu’en général, le montant de vos mensualités de crédits ne doit pas dépasser le tiers de vos revenus mensuels. Pensez aussi à intégrer les frais de notaires, estimés à 3,5 % du montant l’acquisition d’une maison neuve.

En devenant propriétaire, vous allez devoir payer de nouvelles charges, notamment la taxe foncière. C’est important de les intégrer dans votre budget pour ne pas avoir de mauvaises surprises.

Si vous devenez propriétaire de votre résidence principale pour la première fois, vous pourrez peut-être bénéficier du Prêt à l’Accession Sociale et/ou du Prêt à Taux Zéro, accordés sous conditions de ressources. Utilisez notre simulateur qui déterminera si vous êtes éligibles à ces prêts réglementés.

 

Cet article a été réalisé en collaboration avec l’organisation professionnelle « Les Constructeurs et Aménageurs de la Fédération Française du Bâtiment (LCA-FFB), première organisation représentative de la construction immobilière en France qui rassemble trois métiers de la maîtrise d’ouvrage privée au cœur de la politique du logement (constructeurs de maisons individuelles, promoteurs immobiliers et aménageurs fonciers).