Votre opération d’achat-revente : mode d’emploi

 
Vous souhaitez acheter avant d’avoir revendu ?  Sachez qu’il existe des solutions de financement adaptées à cette situation qui vous permettront de réaliser votre projet sans déséquilibrer votre trésorerie.

Une mobilité professionnelle, la retraite qui arrive bientôt, l’attente d’un heureux évènement… autant de situations qui peuvent vous conduire à changer de logement rapidement.  L’idéal est de pouvoir vendre avant d’acheter ce nouveau logement mais parfois la vente demande un peu de temps. Pour pouvoir acquérir le logement convoité sans attendre, il existe des solutions de financement qui permettent d’anticiper la vente de votre bien immobilier.

Les solutions de financement

  • Vous achetez plus cher :

Vous souhaitez plus d’espace, un jardin, une pièce en plus, votre famille s’agrandit avec un heureux évènement …  la vente de votre résidence principale pourra servir d’apport personnel mais vous devrez certainement souscrire un prêt complémentaire, pour financer votre nouveau projet.

Dans ce cas optez pour une solution « Tout en 1 » comprenant un crédit relais et un prêt long terme 5(*). Le  prêt relais d’anticiper le montant à percevoir de la vente de votre logement actuel et contribue à l’achat de votre nouvelle acquisition.  Le prêt long terme permet de financer la différence entre votre prix de vente et le prix d’achat du nouveau bien.

En savoir + ? Découvrez la solution de financement du Crédit Foncier

  • Vous achetez moins cher:

Vos enfants sont devenus adultes et vous souhaitez habitez dans un logement plus petit ? Vous déménagez dans une ville où les prix immobiliers sont plus bas ? Vous allez sans doute acheter moins cher que vous ne revendez.

Dans cette situation, vous avez peut être seulement besoin d’une avance de trésorerie le temps de la vente.  Un prêt relais peut alors être mis en place.

En savoir + ? Découvrez la solution de financement du Crédit Foncier

Quel que soit votre projet, le Crédit Foncier, établissement spécialiste du Crédit immobilier saura trouver la solution de financement adapté à votre besoin.

(*) Sous conditions et dans les limites fixées dans l’offre de crédit.

Acheter sans apport personnel… oui c’est possible !

 
Etre propriétaire de son logement est l’une des aspirations d’une majorité de Français interrogés  sur le sujet par le Crédit Foncier, pour être chez soi et commencer à se constituer un patrimoine personnel. Dans ce cas on n’a pas toujours le temps de se constituer un apport personnel aussi  le rêve peut-il alors devenir réalité ?

Afin de faciliter l’accession des primo-accédants, le Crédit Foncier accepte aujourd’hui de financer l’intégralité d’un projet immobilier, frais d’agence, frais d’acquisition et de garantie compris**. Et si le logement que vous convoitez nécessite des travaux, nous pouvons aussi les inclure**  dès le départ dans votre prêt. Nos Conseillers étudieront également si vous pouvez bénéficier des prêts réglementés destinés à favoriser l’accession à la propriété comme le Prêt à Taux Zéro et le Prêt à l’Accession Sociale. De plus, pour ne pas déséquilibrer votre budget, nous proposons  aussi des financements sur des durées longues** et les taux d’intérêt actuellement très bas, renforceront ainsi votre capacité d’achat…

Alors pourquoi ne pas franchir le pas et commencer à vous constituer un patrimoine…

C’est le moment de vous lancer et d’estimer votre capacité d’emprunt !

En savoir +

 

* Source : Etude Crédit Foncier – Parcours d’acquisition de la résidence principale – Juin 2017

** Sous certaines conditions et sous réserve d’acceptation du dossier.

Les frais de notaire : l’incontournable de toute acquisition immobilière

 
Lors de toute acquisition d’un bien immobilier, l’acheteur doit s’acquitter des frais d’acquisition, appelé plus communément frais de notaire, comme le rappelle l’article 1593 du code civil. Ils s’élèvent de 2 à 3 % de la valeur du bien dans le neuf, 7 à 8% dans l’ancien. Mais que représentent exactement ces frais ? Petite explication sur leur composition, qui revient majoritairement au Trésor Public.

En effet, les impôts et les taxes (appelés aussi droits d’enregistrement) représentent environ 80% des frais  d’acquisition et reviennent selon le cas à l’État ou aux collectivités locales. Le notaire les perçoit dans un premier temps et doit ensuite les reverser au Trésor Public.

Les frais et débours représentent environ 10 % des frais d’acquisition.  Le notaire a avancé ces frais pour le compte de son client afin de rémunérer les divers intervenants chargés de fournir les documents nécessaires au changement de propriété (par exemple le syndic de copropriété ou le géomètre) ou encore financer certains documents (demande de pièces d’urbanisme, état hypothécaire, frais de photocopies d’actes, interrogation du cadastre, diagnostics …). Il faut aussi y ajouter les frais de publication qui correspondent à environ 0,1 % du prix de vente.

La rémunération du notaire appelée émoluments représente à peu près 10% des frais payés par l’acquéreur.  Les tarifs des notaires étant fixés par l’État, ils sont les mêmes partout et se composent d’une partie fixe et d’une partie variable.

  • Les émoluments fixes sont calculés à partir d’unités de valeur dont le nombre varie selon la nature des actes.
  • La partie variable, appelée émoluments proportionnels, va dépendre du prix de vente du bien. Cette partie est soumise à une TVA de 20%.

Le notaire peut aussi toucher des émoluments de négociation s’il a reçu un mandat de vente pour le bien ou des émoluments de transaction s’il a mis en relation le vendeur et l’acheteur.

 

Vous recherchez un bien immobilier ? Consultez les annonces de notre partenaire Bien’Ici