Nouveau visage et nouveaux acteurs du financement immobilier en 2015

  • PROCUREUR002Propos d’Etienne Procureur, directeur adjoint du marché des Investisseurs long terme
  • « Les nouvelles opérations assimilables à la VEFA : la période de blanc, le repositionnement du produit, la re-commercialisation »

Dans le contexte de taux bas, les banques sont – elles toujours présentes et jusqu’où ?

  • α L’évolution de la segmentation des investisseurs modifie la perception du rôle des banques :
  •      – une partie des acteurs finance à 100% sur fonds propres
  •      – le recours à des sources de financement diversifiées : dette bancaire, emprunt obligataire, euro PP, …
  •      – l’intervention de nouveaux acteurs
  • α Les banques continuent d’intervenir notamment pour financer les opérations qui constituent le cœur du marché.
  • α Compte tenu du contexte économique la prudence sur la localisation des actifs reste de mise
  • α Il n’y a pas de corrélation entre les niveaux de taux et l’implication des banques.

Les assureurs et gérants se positionnent – ils en relais des banques sur le marché primaire ?

  • α Il ne s’agit pas d’un relais mais d’une complémentarité entre les banques et les compagnies d’assurance, mutuelles et gérant de fonds.
  • α Les banques restent les arrangeurs
  • α Avantages de la complémentarité
  •      – pour les banques : gestion bilancielle, ratio de solvabilité, gestion du portefeuille clients
  •      – pour les assurances : gestion de fonds, diversification des placements …

Les VEFA, un marché qui redémarre ?

  • α Peu de développements ex-nihilo
  • α Opérations de restructuration complète d’immeubles situées notamment dans Paris qui sont couronnées de succès
  • α Nouvelles opérations assimilables à la VEFA :
  •      – période de blanc,
  •      – repositionnement du produit,
  •      – re-commercialisation
  • α Intervention des banques repose sur les fondamentaux suivants : la localisation et la valeur du ration Loan To Value (LTV)

Pour imprimer ou télécharger cet article